lundi 22 juin 2015

SANTA MARIA MANUELA

Type : Goélette à quatre mâts.

Gréement : Mâts en 2 parties (bas-mât et mât de flèche); aujourd'hui en acier, ils ont remplacé les mâts d'origine en bois. Leur hauteur est typique du gréement de goélette, de plus en plus grande de l'avant vers l'arrière.
Voile à corne, pouvant être surmontée d'un flèche, sur chacun des quatre mâts. Le mât de misaine peut porter une fortune carrée au portant.

Matériaux : coque et pont en acier (tôles rivées à l'origine)
Date et lieu de lancement : 1937 à Lisbonne. la construction n'a nécessité que 62 jours !
Nom lors du lancement : Santa Maria Manuela
Autres noms : aucun
Utilisation initiale : Terre-neuvier : grande pêche morutière.
Dernière nationalité connue : Portugais.
Dernier port d'attache connu : Aveiro (quartier de Gafanha de Nazaré)..
Dernière utilisation connue : Navire-école.
État : restauré, transformé en navire-école et entretenu régulièrement.

Signification du nom :
Longueur hors-tout : 67,4 m
Longueur de la coque : 59,2 m
Longueur à la flottaison :52,8 m
Largeur maximale : 9,9 m
Tirant d'eau maximal : 4,7 m
Tirant d'air : 36 m
Déplacement : 1065 t
Surface maxi de voilure : 1364 m²
 

Avant : L'étrave convexe, sans guibre ni ornementation, est caractéristique. Le beaupré est court. Il n'y a pas de gaillard d'avant.


Arrière : La coque forme une longue voûte. Il n'y a pas de dunette.

 
Pont : Le pont est sur un seul niveau. Les petits roufs sont très discrets.
    Cet ancien terre-neuvier, sister-ship de Creoula, est un des derniers morutiers a avoir pêché de manière traditionnelle, à l'aide de doris sur lesquels les matelots allaient mouiller et relever les lignes. L'équipage comprenait 71 hommes dont 54 pêcheurs sur doris. Le navire pouvait rapporter plus de 600 tonnes de morue salée et 60 tonnes d'huile de foie. Resté en activité jusqu'en 1962, il a failli être détruit en 1990. Le navire, bien construit, a finalement été restauré  pour pouvoir naviguer ; seule la coque a été conservée. Les immenses cales ont été transformées de façon à pouvoir loger un équipage nombreux, avec un confort correct qui aurait étonné les anciens pêcheurs. Il  participe aux tall ships race  et peut embarquer 50 stagiaires ; Il était présent à Saint-Malo à l'escale de 2012. Il était à nouveau en France en 2013 pour l'Armada de Rouen et la tallships race à Toulon. En juin 2015, il a fait escale à Lorient les 21-22 juin et à Cherbourg le 28 juin, en route vers la tallships race à Belfast. En 2016, il doit participer aux fêtes de Brest, avec Creoula.
  Avec Creoula, Argus (en mauvais état mais en cours de restauration) et Gazela of Philadelphia (ex Gazela Primeiro), c'est un des derniers survivants en acier des la flotte des terre-neuviers européens à voile. Il y a aussi l'Italien Palinuro, ancien morutier de St-Malo,qui a été très modifié). De son côté, Marité est le dernier exemple de morutier en bois.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire