lundi 1 novembre 2010

DEWARUCI


Type : trois mâts goélette (barkentine, en anglais).

Gréement : 5 voiles carrées sur le phare, avec vergues fixes. Grand mât et mât d'artimon pouvant porter chacun une voile à corne et in flèche.


Matériaux : coque et pont en acier.

Date et lieu de lancement : 1952 à Hamburg (chantier Stulchen & Son), en Allemagne.
Autres noms : ?
Utilisation initiale : Voilier-école de la marine militaire indonésienne.
Dernière nationalité connue : Indonésienne.
Dernier port d'attache connu :  Surabaya (est de l'ile de Java).
Dernière utilisation connue : Voilier-école de la marine militaire indonésienne.

Signification du nom : Dewa Ruci : C'est un demi-dieu de la mer dans la religion hindoue ,pratiquée par une minorité d'Indonésiens (notamment à Bali). Il est représenté par la figure de proue et par une statue au pied du mât de misaine. Le nom est parfois précédé de l'abréviation KRI, qui signifie Kapalperang (navire de la marine militaire) Republik Indonesia.
 
Longueur hors-tout : 58,3 m
Longueur de la coque : 49,7 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 9,5 m
Tirant d'eau maximal : 4,5 m
Tirant d'air : 35,8 m
Déplacement : 847 t .
Surface maxi de voilure : 1091 m²

État : Régulièrement entretenu jusqu'en 2013.
Avant : Étrave à guibre. Gaillard d'avant. Figure de proue représentant le dieu Dewa Ruci. Beaupré en 1 seule partie.

Arrière : Arrière à voûte, arrondi, sur lequel est inscrit le nom du navire, surmonté d'armoiries  ; gouvernail à tube de jaumière.

Coque : Blanche .

Superstructures : Roufs en bois décorés.

     Dewaruci a été construit en 1952 à Hamburg sur le modèle de la goélette yougoslave Jadran (lancée en 1933). Depuis, ce trois-mâts goélette est le voilier-école de la marine indonésienne. Il voyage beaucoup et est venu à l'Armada de Rouen en 2003, ainsi qu' à la tallship race de 2005 (il a alors fait escale à Cherbourg). Aux escales, son équipage (8 officiers, 20 marins) et les cadets "oublient" leur statut militaire pour mettre l'ambiance la plus sympathique de toute la flotte de grands voiliers, avec musique et danses. Ils concurrencent ainsi les Mexicains ou les Vénézuéliens, pas tristes non plus...
     Le navire bénéficie à la fois un équipement moderne (il possède des ballasts, chose peu courante sur un voilier traditionnel) et une décoration extraordinaire : figure de proue, statues, bas des mâts décoré, roufs en bois sculptés, etc... sans compter ce qui est sous le pont et inaccessible au visiteur ordinaire. Un superbe ambassadeur flottant de l'Indonésie, pays qui possède la plus importante population musulmane du monde mais qui a gardé aussi bien d'autres traditions.
      Ce navire va être remplacé par un autre plus moderne. Son démâtage, (chute du mât de hune et perte du beaupré) durant une croisière en Australie en 2013, aura précipité son abandon comme navire-école et sa transformation en musée. Le remplaçant,récemment terminé, s'appelle Bima Suci.  https://www.youtube.com/watch?v=cRjZbMY93VY



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire