dimanche 4 avril 2010

BATAVIA

Type : Trois-mâts carré (réplique de vaisseau de la Compagnie des Indes Orientales).



Matériaux : Coque et pont en bois (chêne).  Mâts en bois.

Gréement : Trois mâts portant des vergues pour voiles carrées (3 voiles par mât).  Plateformes de hune sur le grand mât et sur le mât de misaine. Civadière sur le beaupré. 10 voiles +2 bonnettes (voilure non gréée actuellement).


Date et lieu de lancement : 1995 à Lelystad (Pays-Bas) ; l'original, lancé en 1627, avait fait naufrage en 1629 sur la côte ouest de l'Australie.

Nom lors du lancement : Batavia.
Autres noms : néant.
Utilisation de l'original : Vaisseau de commerce armé.
Dernière nationalité connue : Néerlandaise.
.Dernier port d'attache connu : Lelystad, Flevoland.
Dernière utilisation connue : Musée à flot .
État : régulièrement entretenu.

Signification du nom : Batavia est l'ancien nom de la capitale des Indes Néerlandaises, devenues aujourd'hui l'Indonésie. La ville s'appelle aujourd'hui Djakarta. Les Bataves formaient le peuple qui habitaient les Pays-Bas, il y a environ 2000 ans.


Longueur hors-tout : 65 m
Longueur de la coque : 45,3 m
Longueur à la flottaison : 40 m
Largeur maximale : 10,6m
Tirant d'eau maximal : 5,1 m
Tirant d'air : 55 m
Déplacement :1000 t
Surface maxi de voilure : 1170 m2. Pas de voiles gréées actuellement.


Superstructures : Absentes, à part la dunette et le gaillard.

Avant : étrave à guibre ; beaupré . Figure de proue : un lion, comme tous les navires de guerre néerlandais de l'époque.




Arrière : Château arrière très élevé et étroit orné de nombreuses statues. l'écusson comportant 3 croix blanches sur fond rouge est celui de la ville d'Amsterdam. On retrouve le même dessin sur le pavillon de la ville.






Superstructures : Absentes, à part la dunette et le gaillard.

    Batavia est la réplique d'un vaisseau de la Compagnie des Indes Néerlandaise (V O C) qui, parti du port de Texel en 1628, s'est échoué sur les îlets Abrolhos, à l'ouest de l'Australie, après 8 mois d'une navigation mouvementée, avec mutineries. Quelques marins ont essayé de rejoindre l'Indonésie en chaloupe pour chercher des secours ; la plupart des autres ne ne sont pas morts dans le naufrage mais par la suite, de manque d'eau, de faim, d'assassinats... Il y eut 50 survivants sur 316 marins et passagers. 
     Le navire était armé de 24 gros canons avec sabords et de 8 plus petits.
    L'épave du bateau a été retrouvée en 1960  ; elle a été minutieusement étudiée, de nombreux objets ont été retrouvés. et les vestiges sont conservés à Fremantle dans un musée consacré au Batavia. Comme pour l'Amsterdam, dont l'épave a été découverte au sud de l'Angleterre, ces découvertes ont incité des Néerlandais à construire une réplique de ce navire (dont l'histoire n'est pourtant pas très glorieuse) .
   Le chantier, mené selon les techniques de l'époque,  a duré 10 ans, de 1985 à 1995, faisant suite à la construction de l'Amsterdam. La construction a été dirigée par Willem Vos, une personnalité très connue dans la voile traditionnelle. Le chantier, comptant au départ 6 personnes, en occupait 55 en 1995, lors du lancement. Il a participé à la réinsertion de personnes en difficulté de la Lelystad.
     Même si le navire ne bouge pas beaucoup de sa place au ponton, il est apte à naviguer. Il a été transporté par barge à Sydney pour les jeux olympiques de 2000 et a navigué dans la célèbre baie australienne..
     Aujourd'hui, le navire peut être visité à Lelystad, amarré à un ponton près d'un village construit spécialement autour de lui et du chantier Batavia Werf. Un incendie l'a légèrement endommagé en octobre 2008 mai à pu être circonscrit à temps, contrairement à ce qui s'est passé en 2010 sur le Prins Willim à Den Helder.
Un autre navire est en construction tout près du Batavia : Le Zeven Provincien, réplique du vaisseau de guerre de l'Amiral Michiel de Ruyter (lancé en 1664 et démoli en 1684, vainqueur de nombreuses batailles navales)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire