lundi 22 mars 2010

STAD AMSTERDAM


Type : Trois-mâts carré. reconstitution d'un clipper du milieu du XIXème siècle.

Gréement : 5 voiles carrées sur le phare de misaine ; 6 sur le grand phare ; 4 sur celui d'artimon ; perroquets volants ; mâts composés (3 parties) ; brigantine sur l'artimon.








Matériaux : coque et pont en acier, soudés ; pont recouvert de bois (iroko). Bas mâts et beaupré en acier, autres espars en aluminium.

Date et lieu de lancement : 2000 à Amsterdam (Pays-Bas) . Chantiers Oranjewerf.
Nom lors du lancement : Stad Amsterdam.
Autres noms : néant.
Utilisation initiale : Navire - école et de croisière.
Dernière nationalité connue : Néerlandaise.
Dernier port d'attache connu : Amsterdam (Pays-Bas)
Dernière utilisation connue : Navire-école et de croisière.
État : récent, bien entretenu.

Signification du nom : Stad Amsterdam signifie ville d'Amsterdam ; C'est le sister-ship du voilier-école militaire brésilien Cisne Branco, dont la coque est blanche. Ne pas confondre Stad Amsterdam et Amsterdam : ce dernier est une réplique de vaisseau du XVIIIème siècle, qui ne navigue pas et qu'on peut visiter comme musée dans le port d'Amsterdam.
 
Longueur hors-tout : 78 m
Longueur de la coque : 60, 5 m
Longueur à la flottaison : 52 m
Largeur maximale : 9,5 m
Tirant d'eau maximal : 4,2 m
Tirant d'air : 46 m
Déplacement : 1040 t
Surface maxi de voilure : 2200 m²

Coque : noire, 2 lignes jaunes au niveau du liston et une fine ligne blanche ; carène rouge.
Avant : étrave à guibre, figure de proue représentant une femme tenant un globe terrestre ; frise de chaque côté ; gaillard d'avant; beaupré en 2 parties.

Arrière : à voûte ; gouvernail à tube de jaumière ; dunette. Nom du navire et nom du port d'attache inscrits sur la coque séparés par une peinture encadrant un globe terrestre et le blason de la ville d'Amsterdam.


Superstructures : une chambre de navigation sur la dunette et un rouf dans le coffre, entre le mât de misaine et le grand mât ; embarcations de secours. 


Stad Amsterdam est, avec ses frères jumeaux Cisne branco (le "cygne blanc" brésilien) et le tout nouveau Shabab Oman, le plus récent et le plus moderne des trois-mâts à voiles carrées. C'est aussi le plus confortable : l'intérieur est même luxueusement aménagé. Mais la manœuvre se fait toujours en montant dans la mâture pour ferler ou pour larguer les voiles, et en tirant sur les bouts à la main. Il y a cependant un treuil pour brasser les vergues. C'est le seul anachronisme en ce qui concerne les manœuvres, ce type de treuil n'ayant été inventé qu'en 1898 par l'Écossais Jarvis. Sous le pont, par contre, le navire est motorisé comme tous les grands voiliers qui navigue régulièrement et il y a même des propulseurs d'étrave qui permettent au navire de se passer de remorqueur, même dans les ports encombrés.
   L'importante surface de toile portée par ce navire (il y a même des bonnettes sur les grand-vergues et sur les vergues de huniers) et sa fine carène lui permettent de naviguer à des vitesses élevées (plus de 17 nœuds, les 15 nœuds étant couramment atteints).
    Stad Amsterdam a participé plusieurs fois aux fêtes de Brest, ainsi qu'aux Armadas de Rouen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire